Commémoration du 17 octobre : nous en serons !

, par mcb

Pour la première fois cette année, la commémoration de la répression des manifestations du 17 octobre aura lieu à Vénissieux.
Dans un communiqué de presse, les conseillers généraux communistes de Vénissieux appellent la population à participer à cet évènement.

“A l’appel de diverses associations algériennes et à l’invitation de Mme le Maire Michèle Picard, la commémoration du 17 octobre 1961 aura lieu pour la première fois à Vénissieux le dimanche 17 octobre 2010 à 17h30, Place de la Paix.

Le 17 octobre 1961 est en effet le point culminant de la répression violente qui s’exerça cette année là contre la population algérienne sur le territoire métropolitain alors même que le référendum de janvier 1961 a approuvé le droit des algériens à l’autodétermination et que les négociations d’Evian ouvertes depuis mai 1961 font de l’indépendance algérienne un horizon certain.

Face à la manifestation pacifiste des algériens à l’appel du FLN, pour réclamer l’indépendance et l’arrêt de la répression policière qui s’abat sur eux en métropole, le gouvernement français par le bras du préfet de police Maurice Papon déploie une violence guerrière et raciste.

Il est utile de rappeler que Maurice Papon fut par la suite condamné pour crime contre l’humanité pour son rôle quant à la déportation des populations juives de Bordeaux pendant l’occupation.
Le même Papon avait officié en Algérie à plusieurs reprises entre 1945 et 1958, notamment dans le constantinois où il avait mis en œuvre les « détachements opérationnels de protection » (DOP) spécialisés dans l’investigation et les interrogatoires, c’est à dire la torture.

Ce 17 octobre 1961, plus de 11000 algériens seront interpellés et internés. Violences sytématiques, excécutions sommaires, corps jetés dans la Seine... le compte des victimes ne sera jamais fait mais on sait qu’il s’élève à plusieurs centaines.

Pour tourner la page de la colonisation, le devoir de mémoire est nécessaire, c’est à dire la reconnaissance par l’état français des crimes contre l’humanité commis au nom de l’Algérie française.

La commémoration du 17 octobre fait partie de ce devoir de mémoire, comme la reconnaissance des massacres de Sétif en mai 1945 et l’usage généralisé de la torture par l’armée française en Algérie.
Plutôt que d’agiter les thèses racistes du Front national et de vanter la colonisation, le gouvernement de Nicolas Sarkozy devrait assumer ses responsabilités à ce sujet.

Le Parti communiste Français a largement soutenu le peuple algérien dans sa lutte pour l’indépendance. Quant au Parti Communiste Algérien, dans lequel militaient ensemble contre la colonisation algériens et européens, il a pris courageusement et pleinement sa place dans le combat pour l’indépendance.

Nous serons présents à la commémoration vénissianne du 17 octobre et nous appelons tous les vénissians attachés aux droits de l’homme, au droit des peuples à une nation et à la solidarité internationale à participer à cette commémoration.”

Marie-Christine BURRICAND Christian FALCONNET
Conseillère générale Venissieux sud Conseiller général Vénissieux nord

Vous inscrire sur ce site

Vous avez demandé à intervenir sur un forum réservé aux visiteurs enregistrés.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.