Le devoir de mémoire !

, par mcb

Le Conseil Général du Rhône organise chaque année en janvier, avec l’Association des fils et filles des déportés juifs de France, et le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, une journée "Études et mémoire" à Auschwitz-Birkenau (Pologne) réunissant 150 élèves de 3e...

Guidés par des anciens déportés et des membres de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France, les élèves visitent le camp d’Auschwitz, son musée et le camp de Birkenau.

Je m’étais promise en début de mandat de faire ce voyage avec des collégiens de Vénissieux.

Cette année justement une dizaine de collégiens d’Aragon et leur professeur d’histoire participaient à ce voyage et il m’a paru évident de les accompagner.

Il faut souligner l’engagement de ces jeunes qui construisent un projet autour de ce voyage, projet évalué d’ailleurs par un jury, et qui ont consacré plusieurs heures de travail personnel et collectif pour se préparer au mieux soutenus bien sur par leur enseignante.

Tout au long de cette journée du souvenir, ils ont fait preuve de sérieux, d’attention et de respect, depuis l’écoute émue du témoignage de Claude Bloch sur vivant d’Auschwitz- Birkenau jusqu’à la lecture d’un texte de Primo Levi lors de la cérémonie de clôture de la journée.

Je pensais en savoir beaucoup sur la déportation et la Shoah du fait de mes études d’histoire, de mon engagement communiste et de mes nombreuses lectures sur cette période.

Mais la découverte des lieux, des souvenirs, des traces des femmes, enfants et hommes qui ont ici été envoyés à la mort, c’est tout autre chose.

Vêtements d’enfants, chaussures, cheveux, photos..le musée d’Auschwitz rend présentes toutes ces vies si simplement humaines supprimées.

Le site de Birkenau tellement dépouillé, ses baraques-étables, permettent de mesurer l’horreur des conditions de vie de ceux qui étaient là.

Je me suis surprise à penser qu’il fallait mieux mourir tout de suite et presque en même temps que survivre un jour ici était déjà un acte de résistance.

La visite des deux camps révèlent aussi à quel point la déportation et l’extermination des populations juives ont été une affaire juteuses pour les pillards qu’étaient les nazis. Car les populations étaient spoliées à chaque étape de la descente aux enfers depuis l’enfermement dans les ghettos ou camps comme Drancy, jusqu’à l’arrivée au camp en passant par les départs pour ces voyages interminables...rien de ce qui pouvait rapporter n’échappait aux nazis.
Et bien sur, avant la mort, quelle main d’oeuvre peu coûteuse que le capitalisme allemand n’hésita pas à utiliser !

Un chose est sure, il est impératif de transmettre l’expérience des rescapés et de faire vivre la mémoire de la déportation et de la Shoah ; se souvenir d’abord par respect pour tous ceux dont la vie bascula dans l’horreur et aussi pour se prémunir de la haine de l’autre qui mène au pire !

Vous inscrire sur ce site

Vous avez demandé à intervenir sur un forum réservé aux visiteurs enregistrés.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.