Vénissy : un nouveau quartier se construit !

, par mcb

Intervention de Marie-Christine Burricand au Conseil Municipal du 31 janvier

Les chiffres auxquelles notre première adjointe fait référence dans ce rapport et sa présentation témoignent sans contestation possible de l’effort consenti par la ville et l’ensemble de ses partenaires pour la rénovation urbaine du quartier Vénissy, ce coeur des Minguettes.
Pourtant, il y a 20 ans, ce projet paraissant bien hypothétique au regard des commerces abandonnés, des propriétaires éparpillés, des parkings souterrains amiantés, des partenaires publics interrogatifs quant à leur capacité à demeurer sur le quartier. Ceux qui, soucieux d’abord de faire le buzz , nous accusent de « vouloir garder nos pauvres » et de ne pas savoir travailler avec les autres en sont pour leurs frais. La vacuité de leurs propos s’étalent sous leurs yeux, dans la vie quotidienne des habitants.
Il a fallu toute l’obstination des équipes municipales, toute leur capacité à convaincre et leur volonté de travailler au mieux avec tous les partenaires et notamment la Courly devenue Métropole pour que ce projet voit le jour. Il a aussi fallu la patience, la solidarité et l’engagement des habitants qui n’ont jamais renoncé à défendre leur quartier et à se battre à leur manière pour qu’il obtienne les moyens nécessaires au bien vivre pour tous.
Avec l’ouverture du casino reconstruit, l’installation du pôle médical, la construction de nouveaux logements, l’arrivée de commerces de proximité , l’installation de « la cocotte, le goût de l’indépendance » dédié à la création d’entreprises, les aménagements des abord de la maison de services publics, l’ilôt A est pleinement sorti de terre tandis que l’ilôt B affichera au final un laboratoire pharmaceutique, plusieurs commerces de proximité, l’opticien étant déjà là ainsi que les logements annoncés.
Dans ce contexte, la décision de la caisse d’épargne sans aucune concertation avec la ville de fermer son agence s’apparente à un abandon de poste pour les partenaires et une trahison pour ses nombreux clients aux Minguettes. Et nous regrettons la décision de Carrefour propriétaire de DIA et des enseignes discount de déserter le plateau malgré la clientèle nombreuse et fidèle du discount des Minguettes.
Les habitants peuvent compter sur nous pour chercher à compenser ces défections qui ne remettent cependant pas en cause les objectifs du projet.
Un nouveau quartier se construit sous nos yeux Ils peuvent en mesurer l’ intérêt pour leur vie, pour les Minguettes comme pour toute la ville. Car cette mutation profonde avec Vénissy mais aussi l’arrivée du tramway, l’installation dans le quartier d’équipements publics à vocation municipale et d’agglomération, comme l’école de musique le cinéma, l’hopital des portes du sud , de nouveaux logements, Carso et Barrett au pied des Minguettes, tout cela est bon pour toute la ville et tord le coup aux a priori sur les quartiers populaires.
Si nous nous félicitons de tout ce qui avance, nous allons bien sur rester vigilants pour les projets à venir, d’autant que les politiques d’austérité ne font pas de cadeaux aux communes et aux quartiers populaires. Les questions sociales et vivre en paix et en sécurité sont au coeur de notre action.
On dit que c’est souvent dans les difficultés que se forgent les caractères les plus trempés c’est vrai pour les humains comme pour les villes et les quartiers. C’est sans doute pour cela que les habitants des Minguettes, malgré la pauvreté, les difficultés, les menaces d’exclusion ont continué d’aimer et d’être fiers de leur quartier pas pour s’y enfermer mais pour en faire un quartier de la ville à part entière, un quartier comme les autres juste avec ce petit plus d’âme et de chaleur que donne l’expérience d’avoir agi ensemble pour améliorer la vie de tous.

Vous inscrire sur ce site

Vous avez demandé à intervenir sur un forum réservé aux visiteurs enregistrés.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.